Chronique Dead Witches – Ouija (2017)

Je ai trouvé l’album en me baladant sur Facebook sur une page de fan de doom/stoner/sludege metal, qui balance pas mal d’actu au niveau du genre. Enfin bref… C’est leur premier album mais comme tête connu il y a la présence de Mark Greening qui est anciennement pour Electric Wizard. Puis je me suis laisser séduire par la ravissante chanteuse qui également membre du groupe de rock Psychedelic Witchcraft, que je ne connais pas du tout.

Nous avons un doom avec un grosse influence stoner. Leur musique est super efficace on ne s’ennuie pas. La voix de la chanteuse avec un chant un rétro années conquis de suite. Le son de la basse et de la guitare reste assez classique stoner/doom mais va pas dans l’abus au niveau de la saturation. Ce qui peut aider à convaincre les moins initier au genre. On trouve le son lourd du stoner et la lenteur du doom avec un chant rock and roll qui donne côtés un peu dansant.

C’est album est bon malgré son défaut d’impression de déjà-vu. Certes c’est le premier du groupe, on peut concevoir qu’il ne soit pas encore au point sur le projet. Mais là ils sont super bon mais c’est tellement la caricature de caricature ce qui enlève un peu de panache je trouve.

L’album n’est pas super long mais c’est une bonne longueur je pense qui comme bien à leur style. On n’est pas là pour peser la lourdeur. On veut trouver notre compte toute suite.

Puis au niveau de l’esthétique graphique du groupe qu’on retrouve finalement énormément dans leurs musiques. On retrouve doomesque que black sabbath à forger, toujours avec le délire autour de la religion porter des croix autour du coup les pantalons en pate d’éléphant. L’intro avec la pluie qui donne un aspect macabre un genre film d’horreur des années 80 Même jusqu’à la pochette la police d’écriture et la couleur violette je trouve que la ressemblance au niveau de l’esthétisme est assez troublante avec Electric Wizard.

C’est album est bon j’ai pris du plaisir à l’écouter, on ne s’ennuie pas. Je pense qu’il a pour but vraiment d’affirmer leur style pour ensuite quelque chose de plus inventif. Parce que son défaut c’est qu’il n’innove pas trop on a l’impression de relire un livre qu’on a adorer ce qui lui envole un peu de charme.